Nouvelles


Dernières nouvelles et données




Actualités et données


Restructuration économique

„Comment les subventions exacerbent la pénurie de compétences“

Par Andre Kartschall et Aspasia Opitz, rbb, au 31 octobre 2023, 6 h 47

„Comment les subventions exacerbent la pénurie de compétences“

Au 31 octobre 2023, 6 h 47
Des milliards de dollars sont investis dans la région de Cottbus pour éliminer progressivement le lignite. Cela pose également des problèmes: les nouvelles colonies à grande échelle privent l’économie locale de travailleurs qualifiés..
Par Andre Kartschall et Aspasia Opitz, rbb
Extrait d’entretien avec le Dr. Harald Michel, I/F/A/D - Institut, Berlin

 Ce n’est pas ainsi que Lars Wertenauer imaginait l’essor économique de la Lusace. Il est directeur général de Metall-Form-Technik GmbH à Kolkwitz, dans le sud-est du Brandebourg. Et depuis plusieurs mois, il perd régulièrement du personnel, débauché par de plus grandes entreprises environnantes.

 Il a perdu six de ses 60 anciens employés cette année seulement. Une partie est allée à la Deutsche Bahn, qui construit une installation de maintenance ICE à Cottbus. D’autres ont dit au revoir à l’entreprise de lignite LEAG, qui affirme „travailler à un avenir vert“; avec parcs solaires et stockage d’électricité.

 Depuis, l’esprit d’optimisme se mèle à une certaine désillusion. Wertenauer l’a observé chez les ingénieurs et les techniciens. „Les employés sont activement débauchés.“ Certaines des entreprises nouvellement arrivées ont même versé des arrhes, pour ainsi dire comme prime de départ. D’autres entrepreneurs de la région en font également état.

Le changement démographique est frappant

 Les grands concurrents proposent simplement un meilleur salaire. Et cela malgré le fait que Wertenauer verse à ses employés un salaire standard. Les entreprises de taille moyenne en Lusace se plaignent depuis des années du manque de main-d’Ƴuvre qualifiée. La population de la région autour de Cottbus est en baisse depuis des années et le changement démographique y frappe de plein fouet.

 Afin d’amortir les conséquences économiques de l’abandon imminent du charbon, la région bénéficie de nombreuses subventions: financements régionaux et municipaux, soutien aux entreprises et argent pour le changement économique et écologique. En clair, cela signifie que des emplois sont créés, dont beaucoup gràce à l’argent des impôts.

 À elle seule, la Deutsche Bahn souhaite employer 1.200 personnes à Cottbus, dans un centre de maintenance pour trains ICE qui sera mis en service au début de l’année prochaine et fonctionnera à pleine capacité en 2026. Des employés qui doivent prendre le train de quelque part. Wertenauer déclare: „En tant que petite et moyenne entreprise, nous ne pouvons pas rivaliser avec la solidité financière qu’apporte le chemin de fer“.

Chasse de tète après la formation

 Wertenauer n’est pas le seul à ètre mécontent: les concessionnaires automobiles de Cottbus se plaignent du fait que les ingénieurs mécatroniciens nouvellement formés sont tout simplement débauchés en masse après leur apprentissage. Jusqu’à récemment, il n’existait pratiquement rien de tel dans la région. La reprise économique financée par l’État semble exacerber considérablement la pénurie de travailleurs qualifiés et affaiblir la classe moyenne établie.

 Certains scientifiques ont mis en garde contre de tels effets il y a des décennies. Harald Michel de l’Institut de démographie appliquée de Berlin, par exemple. Pour lui, l’argent dépensé par le gouvernement pour la Lusace n’est qu’un signe politique: “Selon la devise: Nous n’avons pas renoncé à la région. Les problèmes que cela entraĞne dans une région en déclin sont déjà visibles: cannibalisation“.

Affaires perdues en Lausitz?

 Le problème de la „cannibalisation“ est connu des chercheurs depuis au moins 25 ans. Si la population diminue - et c’est le cas en Lusace - il est presque impossible d’y remédier politiquement: “Le gâteau devient tout simplement de plus en plus petit. Et si vous combattez le déclin organique par des politiques de financement, vous pourriez provoquer quelque chose comme une diminution artificielle croissance - mais seulement au niveau régional“, déclare Michel.

 Toutefois, si l’on considère l’ensemble de l’Allemagne, cela a des conséquences négatives. „En termes économiques, il ne s’agit même pas d’un jeu à somme nulle, mais plutôt d’un jeu négatif“, estime Michel. „Investir de telles sommes dans des régions en déclin signifie une perte économique. Les fonds seraient investis plus efficacement dans les régions en croissance..“

 Le problème est reconnu dans Lusatia - une solution non en vue. Manuela Glühmann de la Chambre de commerce et d’industrie de Cottbus explique: „Bien sûr, nous avertissons les grands acteurs de la gestion équitablement, en particulier Deutsche Bahn et Leag. Et nous savons également qu’ils sont conscients de la responsabilité.“ Des déclarations selon lesquelles de nombreux entrepreneurs de Lusatia voient plutôt sceptiquement les primes de réverbération.

 Les vertilisants de taille moyenne sont basés sur les jeunes, comme il le dit: „Nous aimons former de nouveaux stagiaires passionnés.“ Son entreprise de traitement des métaux a déjà remporté un prix de formation deux fois. Mais si la progéniture restera dans l’entreprise par la suite semble plus dangereuse que jamais.

Plus sur le sujet d’une pénurie de travailleurs qualifiés(en langue allemande): Tagesschau.de

(Traduction par 'zAppAx')

(Traduction par ’zAppAx’)

 (retour au début)

 

icon - aktuelles

Harald Michel
Développement démographique et effets sur le développement spatial - par l’exemple de Brandebourg et d’Uckermark

Mots clés: changement démographique - vieillissement - rétrécissement - différenciation régionale - développement spatial


Demographic Development and Impacts on Spatial Development - the Example of Brandenburg and the Uckermark

Abstract
The main effects of demographic change - shrinkage and aging on the one hand and increasing concentration on the other - are extremely differentiated in spatial terms. The resulting set of problems is huge and, at the same time, complex. Regional planning models and plans should pay more attention to the demographic trends. The coexistence of growth, restructuring and shrinking processes requires flexible solutions adapted to the specific region. The article illustrates the challenges using the Uckermark district as an example.
Keywords
Demographic change - Aging - Shrinkage - Depopulation - Regional differentiation - Spatial development



1    Situation démographique initiale¹

L’évolution démographique indique que dans 40 ans, l’Allemagne comptera nettement moins de personnes qu’aujourd’hui. Avec une immigration plus faible, la population diminuera de 83,2 millions à 74,4 millions, soit de plus de 10 pour cent. Méme avec des afflux modérés, comme c’est le cas en moyenne au cours des dernières décennies, ce chiffre tombe encore à 78,2 millions (14e prévision démographique coordonnée; Office fédéral de la statistique 2019).

Le problème n’est pas essentiellement le fait que la population allemande diminue. Bien plus explosive est la modification de la structure par âge, qui aura des effets fondamentaux sur la société et la coexistence. Dans le même temps, les différences démographiques au sein de l’Allemagne continueront de s’accentuer en raison des processus migratoires et de leur propre dynamique. Les nouveaux États fédéraux en particulier font de plus en plus partie des régions d’Allemagne qui sont façonnées par ce développement auto-renforcé..

1.1   Effets du changement démographique sur les régions d’Allemagne de l’Est

Les principaux effets du changement démographique - rétrécissement et vieillissement accompagnés simultanément d’une concentration et d’une internationalisation croissantes (associées à une importance croissante des problèmes d’intégration, en particulier dans les grandes agglomérations de l’Allemagne occidentale) - sont en revanche extrêmement différenciés spatialement et se manifestent dans les pays et Les régions, villes et communes allemandes ne sont ni proportionnelles ni linéaires et ne suivent pas de frontières politiques ou administratives. Nous vivons une coexistence de processus de croissance et de déclin. En résumé, il existe une division démographique de l’Allemagne en relation avec cette évolution: outre les centres urbains prospères et de plus en plus attractifs, de grandes parties du nord et de l’est de l’Allemagne, en particulier dans les périphéries rurales, connaissent des changements à mesure que un déclin à mesure que de plus en plus de personnes émergent et des espaces plus vides conduisant à un dépeuplement avec une augmentation rapide de la proportion de la population âgée.

Le nombre d’habitants des régions rurales périphériques diminuera davantage au cours des 20 prochaines années qu’au cours des 22 dernières années et le processus de modification de la structure par âge (vieillissement) s’accélérera, ce qui entraînera un nouvel élargissement des différences démographiques. Bien entendu, cela ne reste pas sans impact sur les structures d’implantation et leur développement, notamment en Allemagne de l’Est. Les zones rurales, qui représentent environ les quatre cinquièmes des États fédéraux de l’Allemagne de l’Est. sont soumises à des processus de changement démographique permanents et profonds, qui remettent en question notamment la garantie des services publics dans de plus en plus de régions. Ce processus est encore renforcé par la migration interne en Allemagne de l’Est même, dans la mesure où quelques centres urbains parviennent à se stabiliser grâce à l’immigration en provenance des zones rurales, même si ce n’est que temporairement. D’une part, ces processus favorisent la «dégradation» accélérée de nouvelles zones de terres. Il convient donc de tenir compte des concepts et des initiatives démographiques dans le cadre du concours pour les habitants (EW), dont les avantages à long terme pour les communes ne sont pas clairs.

Les plus grands défis liés au changement démographique en Allemagne de l’Est, avec la question centrale de garantir des services publics pour une grande partie des habitants de ces régions du pays, sont encore à venir et entraîneront des problèmes croissants..
Jusqu’à présent, ces conditions démographiques en Allemagne de l’Est étaient principalement attribuées à un processus de vieillissement et de rétrécissement particulièrement prononcé. Néanmoins, ces régions connaissent depuis des années un développement de l’émigration clairement asymétrique - également du point de vue du genre - qui, en particulier dans les zones rurales des districts, a conduit à une prédominance masculine prononcée dans les tranches d’âge les plus jeunes de la population active. En combinaison avec les problèmes économiques et sociaux déjà connus, ce déséquilibre démographique spécifique au genre pose déjà aujourd’hui des défis majeurs à la région. mais surtout à moyen et long terme.

La situation est différenciée: alors que les proportions de genre dans les villes d’Allemagne de l’Est et de l’Ouest se situent à un niveau à peu près comparable et qu’il existe même un excédent de femmes dans les villes universitaires, les régions rurales d'’Allemagne de l’Est et de l’Ouest diffèrent davantage en termes de déficit de femmes que jamais. En particulier dans les tranches d’âge les plus jeunes, on observe une migration disproportionnée de femmes en provenance des régions rurales, alors que cette sélectivité; en matière de genre est exactement le contraire pour les femmes plus âgées dans la plupart des régions. Les districts du nord de l’Allemagne de l’Est, mais aussi de Thuringe et de Saxe-Anhalt, sont particulièrement touchés par ce déséquilibre numérique important entre les hommes et les femmes des groupes d’âge plus jeunes et, dans certains cas, d’âge moyen dans une région. Dans certains districts, le surplus d’hommes parmi les 18 à 25 ans est de 20 pour cent.

Le problème qui en résulte est à la fois énorme et diversifié. Les effets démographiques, économiques et sociaux de cette évolution vont au-delà des effets immédiats de l’émigration d’une grande partie d’une «génération mère» respective. Ils ne peuvent actuellement pas être pleinement évalués à moyen et long terme, par exemple: la prise en charge des proches âgés (même sur la base de calculs prudents, le nombre de personnes pouvant bénéficier de soins dans les familles en Allemagne de l’Est diminuera d’au moins 25 pour cent d’ici 2035 et cela le cas échéant, le nombre absolu et relatif croissant de personnes ayant besoin de soins) ou la domination régionale ou la tolérance à l’égard de comportements déviants à connotation masculine, qui peuvent avoir un effet néfaste durable sur l’image de la région du point de vue extérieur. Dans une situation dans laquelle non seulement le nombre de jeunes quittant l’école est en baisse continue depuis le milieu des années 1990, mais où il est prévu qu’il continue de diminuer de façon spectaculaire, cela se traduit par une situation démographique extraordinairement difficile (Michel 2017).

1.2   Causes du développement

En raison de l’émigration d’une population particulièrement jeune (un nombre important de plus de 1,8 million de personnes de 1991 à 2012) et de la baisse de la natalité depuis 1989/90, les nouveaux pays connaissent dans leur ensemble un grave processus de vieillissement. En 1990, les nouveaux pays avec un taux de dépendance des personnes âgées inférieur à 20 (ou légèrement supérieur à 20) comptaient parmi les pays comptant relativement peu de personnes âgées par rapport à la population en âge de travailler. En 2030, le taux de dépendance des personnes âgées dépassera 70. La Saxe-Anhalt aurait alors probablement un ratio de 71, le Mecklembourg-Poméranie occidentale de 70 et la Thuringe de près de 70.

1.3   Persistance des processus

Il ne peut être question d’un renversement de tendance, ni à l’heure actuelle ni dans un avenir proche. Sans exception, tous les processus démographiques en Allemagne de l’Est suivent les trajectoires tracées depuis une vingtaine d’années: le processus de vieillissement et de déclin se poursuit sans relâche et va même s’intensifier par rapport aux pays de l’Allemagne de l’Ouest. Depuis 2010, les générations nées après la chute du communisme en Allemagne de l’Est sont entrées dans l’âge de la migration active. Pour des raisons bien connues (baisse des naissances), ces tranches d’âge sont jusqu’à 50 pour cent inférieures en nombre à celles des cohortes précédentes. Dans de nombreux pays d’Allemagne de l’Est, il n’y a tout simplement pratiquement personne dans les tranches d’âge concernées qui pourrait émigrer maintenant ou dans un avenir proche.

1.4   La vidange accélérée des espaces périphériques

L’analyse se concentre sur les zones rurales en tant que zones périphériques. En Allemagne de l’Est, ils représentent environ 80 pour cent de la superficie et abritent environ 50 pour cent de la population (à titre de comparaison : dans les pays de l'Ouest, environ 20 pour cent de la population vit dans des zones rurales, qui représentent environ 50 pour cent de la population zone). C’est précisément dans ces régions que l’évolution démographique - diminution de la population, vieillissement des habitants - se concentrera au cours des prochaines années et s’effectuera à un rythme toujours plus rapide dans tous les domaines.

Schaubild_ARL-37_Abb-1
Schéma. 1: Des régions en mutation démographique / Source: BBSR 2014: 17

On peut supposer que ces disparités conduiront à des différences régionales permanentes, à une intensification des différences de développement entre les centres urbains et les zones rurales-périphériques: une coexistence directe de régions en forte ou légère décroissance, en stagnation et temporairement stables à légèrement en croissance, apparaîtra.

À cela s’ajoutent des conditions géographiques défavorables. En Allemagne de l’Est, il y a nettement moins de grandes villes et de régions métropolitaines (à l’exception de Berlin) susceptibles de servir de points d’ancrage pour la stabilité régionale et le développement.

Les villes et les communautés des régions rurales décrites sont particulièrement touchées par les conséquences du changement démographique et sont confrontées à une grande diversité de problèmes politiques et sociaux. Les processus migratoires créent des disproportions démographiques et sociales dans la structure par âge et par sexe. Le déclin de la population conduit à ce que l’infrastructure générale tombe en dessous de sa capacité de chargeG Cela signifie que le maintien de marchés régionaux fonctionnels du travail et de l’offre est en jeu. La forte augmentation de la proportion de personnes âgées impose des exigences élevées aux infrastructures locales pour assurer les services publics.

1.5   Stabilisation temporaire des centres moyens et supérieurs grâce à l’immigration en provenance des zones rurales environnantes

Le processus de «désolation» des zones périphériques dû au changement démographique est encore intensifié par la migration interne, car quelques centres urbains parviennent à se stabiliser grâce à l’afflux des zones rurales, même si ce n’est que temporairement (îlots de stabilité). Dans ce contexte, l’objectif de créer des conditions de vie égales dans toutes les régions du pays en tant qu’objectif de l’État, qui est actuellement à nouveau discuté dans la politique actuelle, n’est pas réaliste sous cette forme et doit donc être fondamentalement redéfini (cf. BMI 2019).

L’égalité ne peut et ne doit plus être comprise principalement en termes de caractéristiques régionales, mais doit plutôt être définie comme la création d’une égalité sociale des chances. Compte tenu des évolutions différentes selon les sous-régions, il ne peut plus y avoir de normes uniformes. Les normes minimales doivent être redéfinies, en particulier dans les zones rurales en déclin, et des offres de services et de prestations sociales spatialement échelonnées et réalistes doivent être développées. Toutefois, l’accès à des établissements d’enseignement et de santé de haute qualité doit être garanti dans toutes les régions du pays. La compréhension actuelle de la politique, axée sur la croissance, doit être complétée par un paradigme de rétrécissement et de restructuration.

Les instruments de contrôle qui visent avant tout à répartir la croissance ne suffisent plus à relever les défis du processus de décroissance démographique. Il faut plutôt concevoir des processus de démantèlement, de stabilisation, de revitalisation et de développement qualitatif. Les déclarations de mission et les plans devraient suivre de plus près l’évolution démographique et exercer un effet de contrôle.

La coexistence de processus de croissance, de restructuration et de contraction nécessite des solutions flexibles et adaptées à chaque région. En conséquence, les modèles correspondants doivent ôtre édités ou reformulés aux niveaux régional et municipal afin de les aligner sur les exigences du changement démographique en tant que stratégies régionales intégrées d’adaptation et de développement.

2    Situation dans le Land de Brandebourg

Le Pays de Brandebourg occupe une position particulière dans cette évolution, dans la mesure où ses régions périphériques de la „Grande Zone Métropolitaine“ (avec plus de 60 pour cent des habitants du Pays) se développent de manière identique aux autres Pays de l’Allemagne de l’Est, tandis que la zone autour de Berlin (La «région de Berlin») est la seule région des Nouveaux États à bénéficier de manière remarquable du charisme d’une «ville d’ancrage», la capitale Berlin.

ARL_37_Fig-02
Fig. 2: Evolution de la population dans le Land de Brandebourg par rapport à 1990 / Source: propres évaluations de la base de données du IFAD https://ifad-berlin.homepage.t-online.de/index.html (26.07.2023)

Sur la base du seul bilan des mouvements naturels de population, le Land de Brandebourg connaît une baisse de population de 10 à 15 000 habitants (EP) chaque année depuis 1993. Jusqu’en 2000, ce phénomène était compensé par le mouvement spatial de la population, avec un solde migratoire positif d’environ 10 à 30 000 personnes par an. Dans l’ensemble, la population du Land de Brandebourg a augmenté. Ce n’est qu’en 2000 que le solde positif des migrations et le solde négatif des mouvements naturels (surmortalité) se sont équilibrés, ce qui a entraîné une stagnation du développement démographique. Depuis 2001, l’équilibre spatial est faible et le développement global est déterminé par le solde naturel négatif - avec pour conséquence la baisse significative du nombre d’habitants depuis 2000, interrompue à partir de 2015 par de légères augmentations dues à l’immigration.

Les prévisions pour le Brandebourg jusqu’en 2030 (LBV 2018) supposent que la population diminuera d’environ 60.000 personnes pour atteindre 2,495 millions de personnes d’ici 2030, et même à plus long terme jusqu’à 2,222 millions de personnes d’ici 2060.

ARL-37_Fig-03
Figue. 3: Prévision de population 2030 par rapport à 2010 pour les zones médianes / Source: LBV 2018, Annexe 2, Fiche 3

Il faut s’attendre à un déclin massif dans les zones rurales („Grande Région Métropolitaine“) (de 2016 à 2030 d’environ 127.300 habitants - ce qui correspond à -8,3%), tandis que dans la région de Berlin, on constate une augmentation de 83.800 habitants dans la région métropolitaine. moyen terme (soit +8,7%). Toutefois, le potentiel de croissance démographique de la capitale ne pourra compenser les évolutions fondamentales que pendant une période limitée.

Cela signifie que les différences sociodémographiques entre la région de Berlin et l’agglomération élargie continueront de s’accentuer à l’avenir.

3    Étude de cas: le quartier d’Uckermark

Le district d’Uckermark est un exemple du développement de la „Grande Zone Métropolitaine“ du Pays de Brandebourg (défini selon le plan de développement) de la région de la capitale (LEP HR 2019). Avec environ 120 000 habitants, il possède la population la plus élevée de les districts qui ne bordent pas Berlin et qui ont en même temps (avec le district de Prignitz) la plus faible densité de population de tous les districts du Brandebourg avec 39 habitants par km² (la „Grande Zone Métropolitaine“ a une densité de population de 57 habitants par km²).

Le fort déclin de la population, résultant d’un solde naturel négatif (surmortalité) et de chiffres d’émigration élevés, est observé depuis de nombreuses années. Le district d’Uckermark peut ainsi être considéré comme un excellent exemple du processus complexe de vieillissement démographique dans les régions rurales.

La population a connu un déclin d’environ 28 pour cent depuis 1990. C’est une valeur exceptionnelle. Que l’on retrouve pourtant d’une manière ou d’une autre dans la plupart des zones rurales périphériques des Nouveaux Etats.

Si l’on examine l’évolution et les prévisions démographiques (LBV 2018), il apparaît clairement que la tendance au déclin de la population va se poursuivre. D’ici 2030, la population de la région d’Uckermark diminuera encore de 17 pour cent. La légère augmentation en 2015/16 due à l’augmentation de l’immigration n’est qu’une interruption temporaire de la tendance qui s’est poursuivie à partir de 2017 et montre également que l’immigration internationale, même d’une taille considérable (en 2015/16, l’Allemagne avait une immigration nette de 1,639 millions personnes) ont peu d’impact sur le cours des processus de changement démographique au niveau régional en Allemagne de l’Est.

ARL-37_Tab-01

L’évolution de la structure par âge de la population du district d’Uckermark illustre les changements dans une société vieillissante. La jeune génération est de moins en moins nombreuse et le nombre de cohortes plus âgées ne cesse d’augmenter. L’évolution de la structure par âge dans le district d’Uckermark peut être illustrée à l’aide des quotients de vieillesse et de jeunesse.

ARL-37_Tab-02

En 1993, la proportion de jeunes de moins de 15 ans était encore de 41,7 personnes pour 100 personnes en âge de travailler entre 15 et 65 ans. Vingt-cinq ans plus tard, il n’y avait que 28,8 jeunes pour 100 personnes aptes au travail. Le taux de dépendance des personnes âgées a évolué dans la direction opposée. En 1993, il n’y avait que 18,3 personnes de plus de 65 ans pour 100 personnes employables. En 2018, on comptait déjà 48,8 résidents âgés pour 100 personnes âgées de 15 à 65 ans. Les prévisions montrent que les tendances respectives du quotient de vieillesse et du quotient de jeunesse vont encore s’accentuer à l’avenir.

Le district d’Uckermark est donc un exemple des régions rurales périphériques de l’Allemagne de l’Est les plus touchées par l’évolution démographique. Leur évolution démographique future ne sera que marginalement influencée par l’intervention politique; ce qu’il faut, c’est une conception intelligente de stratégies d’adaptation adaptées aux régions.




¹  Les données et chiffres mentionnés dans le texte sont basés sur nos propres évaluations de la base de données du IFAD:
   https://ifad-berlin.homepage.t-online.de/index.html (26.07.2023)

² https://ifad-berlin.homepage.t-online.de/index.html (06.07.2023)


Littérature

BBSR - Institut fédéral de recherche sur la construction, l’urbanisme et l’espace de l’Office fédéral de la construction et de l’aménagement du territoire (2014): Régions particulièrement touchées par l’évolution démographique. Un sujet important dans le contexte de la stratégie démographique. Bonn. = Publication en ligne BBSR 11/2014.
BMI - Ministère fédéral de l’Intérieur, de la Construction et de la Communauté (2019): Notre plan pour l’Allemagne - des conditions de vie égales partout. Berlin.
LBV - Office d’État de la construction et des transports du Brandebourg (2018): Prévisions démographiques pour le Land de Brandebourg de 2017 à 2030. Potsdam.
LEP HR - Plan de développement de l’État pour la région de Berlin-Brandebourg-Capitale (2019): Ordonnance du 29 avril 2019 sur le plan de développement de l’État pour la région de Berlin-Brandebourg-Capitale (LEP HR), entrée en vigueur le 1er juillet 2019.
Office fédéral de la statistique (2019): 14. Projection coordonnée de la population. Wiesbaden.
Michel, H. (2017): Du nouveau à l’Est? („Im Osten etwas Neues?“) In: Mayer, T. (Éd.): Le pouvoir transformateur de la démographie. Wiesbaden, 331-339.

Télécharger cet article dans sa version originale sous forme de Fichier-ZIP (Contenu: Windows Wordpad, Fichier-RTF)
Télécharger l’article au format ZIP - (RTF-) Fichier, environ. 2,6 MB (en langue allemande)
Télécharger l’article au format Fichier-PDF, environ. 700 KB(en langue allemande)

Télécharger le fichier PDF complet (contenu: ARL 37, CENTURY TASKS,
Blocage ou aménagement d’espaces à travers des zones de conversion abandonnées)
Télécharger l’intégralité du Fichier-PDF, environ. 4,7 MB(en langue allemande)

Aller aux „Publications 2024“

 (Retour au début)




Vous êtes ici maintenant:
Copyright © 2020 -
http://ifad‑ber‍lin.ho‍me‍pa‍ge.t‑on‍li‍ne.de/
‑ All Rights re‍ser‍ved ‑
Tem‍pla‍te by  OS Tem‍pla‍tes/ by  ⁂ zAp‍pAx ⁂